Archive pour le Tag 'santé'

Comment réduire la pollution intérieure chez soi ?

pollution-interieure-630x419

Fatigue inexpliquée, maux de têtes, irritations oculaires, nausées, voire insuffisance respiratoire ou asthme… N’en jetez plus. Pour les experts, l’air de nos maisons est souvent si vicié qu’il nuit à notre santé. Car la pollution domestique est en moyenne de 5 à 10, voire 15 fois plus importante que celle de l’air l’extérieur ! Or, nous passons jusqu’à 90 % de notre temps dans des endroits confinés… dont en moyenne 14 heures par jour à notre domicile.

Cette pollution invisible et omniprésente pourrait, selon une étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), être responsable du décès prématuré de près de 20 000 de personnes par an. À ce jour, les effets de la pollution domestique sur la santé ne sont pas encore tous complètement évalués. En revanche, les responsables sont, eux, clairement identifiés et peuvent donc être limités, voire éliminés !

L’arme principale contre la pollution intérieure : les fenêtres

fenetre ouverte

Avec le printemps, c’est le bon moment d’ouvrir les fenêtres — et même de faire le ménage… avec les bons produits.

Voici un petit tour du propriétaire pour assainir l’air. Première astuce : aérer 10 minutes, matin et soir, toutes fenêtres ouvertes. C’est le temps nécessaire pour renouveler l’air intérieur. Mieux vaut s’y mettre avant 10 h et après 21 h, quand l’air extérieur est le moins pollué.

Vérifiez la conformité des matériaux

materiaux-bois

Principale cause de la pollution intérieure, ces matériaux émettent des substances toxiques, dont des cancérogènes avérés : formaldéhyde (panneaux de bois aggloméré, peintures… ), benzène (moquettes…), styrène (matériaux isolants…), etc. Depuis janvier 2012, les matériaux de construction et de décoration sont étiquetés selon leur niveau de polluants émis (sur une échelle de A+ à C). Or, un produit classé A est autorisé à émettre jusqu’à 60 µg/m3 de formaldéhyde alors que la valeur sans risque est 10 µg/m3. Vérifiez donc les étiquettes et privilégiez le A+.

Éliminez les moisissures

Produite par les bains, le lavage et le séchage du linge, la cuisson d’aliments, ainsi que par les rejets de vapeur d’eau du métabolisme humain (14 l/jour pour 4 personnes), l’humidité favorise —quand elle dépasse 70 % et la température 5 °C— la prolifération de moisissures émettrices d’allergènes. En France, 40 % des logements sont concernés, et 64 % de ces contaminations sont indétectables à l’œil nu. Seule solution : aérer et vérifier la bon état de sa ventilation !

Allié au vinaigre, le bicarbonate est un excellent désinfectant, anti-calcaire et dégraissant. - Ph. Tszrkx / Wikimedia Commons / domaine public.

Allié au vinaigre, le bicarbonate est un excellent désinfectant, anti-calcaire et dégraissant. – Ph. Tszrkx / Wikimedia Commons / domaine public.

Privilégiez les produits d’entretien naturels

produit-entretien-bio

Qu’ils soient multi-usages (Javel) ou spécifiques (lave-vitre, décapant pour le four, nettoyants moquette, détachants, lessive…), tous les produits d’entretien émettent des substances toxiques (formaldéhyde, styrène, benzène, toluène, chloramines). Et ce, quelque soit leur forme : liquide, crème, lingette ou poudre. Optez pour les produits naturels (vinaigre d’alcool, savon noir, bicarbonate de soude…), inoffensifs pour une utilisation domestique.

Sécurisez vos poêles et chaudières

Poeles-Bois

Chaudières, chauffe-eau, radiateurs, poêles, cheminées… tous les appareils fonctionnant au gaz, au bois, au charbon, au fuel ou à l’éthanol peuvent libérer du monoxyde de carbone si la combustion est mauvaise ou les systèmes d’aération défectueux (grilles obstruées, conduits de fumée mal ramonés…). Ce gaz incolore et inodore s’accumule et provoque vertiges, maux de tête, nausées, signes d’une intoxication (4000 chaque année et une centaine de décès). Pensez à bien nettoyer les systèmes d’aération et à les faire contrôler régulièrement par un expert.

Dégagez les trappes de ventilation

encrassement

Un système de ventilation encrassé (situé souvent près des fenêtres)renouvelle moins bien l’air intérieur. Pis, il y insuffle des polluants. Pour l’entretenir, astiquez les bouches d’extraction et d’insufflation environ deux fois par an, avec un chiffon sec ou légèrement humide. Changez les filtres des caissons de ventilation une à trois fois par an, au moins une fois après la saison des pollens. Et réalisez un entretien complet par un professionnel tous les trois ans.

Ou optez pour une ventilation mécanique par insufflation avec son réseau de gaine propre et sa filtration haute performance qui vous assure un air sain dans votre maison.

source : science et vie

Les causes d’une mauvaise qualité de l’air intérieur

Certaines activités peuvent contribuer à une mauvaise qualité de l’air intérieur en dégageant des particules ou des gaz. La situation peut devenir source de problèmes lorsqu’elle va jusqu’à nuire au bien-être et à la santé des occupants.

Les causes d'une mauvaise qualité de l’air intérieur dans Actualités VENTILAIRSEC article

Que ce soit par l’ouverture occasionnelle des fenêtres ou à l’aide d’une entrée d’air naturelle, l’apport régulier d’air frais permet d’éliminer les polluants et de contrôler l’humidité à l’intérieur.

Les plus importantes activités intérieures pouvant générer des polluants de l’air incluent : la fumée de tabac; le chauffage; les activités qui se déroulent dans un garage attenant; et la cuisson d’aliments. Dans ces circonstances, Ventilairsec rappelle qu’une bonne ventilation permet d’éliminer l’air vicié, de réduire la quantité de polluants de l’air en plus d’aider à limiter le degré d’humidité à l’intérieur qui contribue à la formation de moisissure.

Fumée de tabac

La fumée des cigarettes émet un large éventail de substances chimiques, telles que :

-le monoxyde de carbone (CO)

-le formaldéhyde

-des composés organiques volatils (COV), y compris le benzène et le formaldéhyde

-diverses matières particulaires

Chauffage

Le CO, le dioxyde d’azote (NO2), les COV et la matière particulaire peuvent être émises par des appareils ménagers, tels que :

-des foyers au gaz et au bois

-des appareils de chauffage au gaz ou au mazout

-des chauffe-eau à gaz

Garage attenant

Une voiture en marche ralenti, démarrer le moteur à essence d’une tondeuse, faire fonctionner un générateur ou utiliser un barbecue à l’intérieur du garage. Autant d’activités pouvant être source d’émissions de :

-Monoxyde de carbone (CO)

-Dioxyde d’azote (NO2)

-Composés organiques volatils (COV)

-Diverses matières particulaires

Ces polluants peuvent s’immiscer dans la maison, que la porte du garage soit ouverte ou fermée.

Cuisson des aliments

Des méthodes de cuisson telles que la friture émettent plus de particules que d’autres et peuvent également augmenter les niveaux d’humidité. Cuire des aliments avec un four à gaz augmente la quantité de polluants si on n’utilise pas correctement la hotte. Ces polluants comprennent la matière particulaire et le NO2.

Sources sans combustion

Les articles ménagers (produits nettoyants, désodorisants, tapis, meubles et armoires en PVC), les produits de soins personnels (cosmétiques et parfums), les matériaux de construction (colles, solvants, peintures et vernis), de même que certains équipements de loisirs (principalement des outils) peuvent dégager des polluants chimiques et ainsi contribuer à la mauvaise qualité de l’air intérieur.

Enfin, un taux d’humidité élevé, des fuites, des infiltrations d’eau et des conditions d’inondation peuvent être la cause de la prolifération de moisissures, champignons et bactéries à l’intérieur des immeubles. Leurs spores affectent les voies respiratoires.

Les risques de l’humidité et des moisissures sur la santé.

Les risques de l'humidité et des moisissures sur la santé. dans Actualités VENTILAIRSEC moisissures-150x99La maison est l’endroit où nous passons du temps avec les membres de notre famille, nos enfants, nos proches, c’est pourquoi il est important de s’assurer que nous vivons dans un environnement sain. Or, aujourd’hui dans les pays européens, notamment en France, les problèmes d’humidité et de moisissures touchent près d’une habitation sur quatre. La moisissure est couramment utilisée pour désigner les champignons microscopiques qui poussent sur les aliments et les matières humides. Elles peuvent être noires, blanches, de différentes couleurs ou même invisibles et peuvent dégager des odeurs de moisi ou de terre. Elles ont besoin d’humidité et d’une matière sur laquelle elles peuvent vivre, elles se forment sur les surfaces froides notamment les contours des fenêtres, les murs de la cuisine, de la salle de bain, les tapis. En effet, « le chaud est attiré par le froid ».

L’humidité et les moisissures peuvent provoquer des dégâts considérables sur les bâtiments et les installations intérieures, ce qui peut engendrer une perte de valeur de l’habitation ou des coûts d’assainissement colossaux.

Mais outre ce problème, les moisissures libèrent des spores dans l’air et leur inhalation a un effet très néfaste sur la santé. Les troubles occasionnés sont souvent des irritations au niveau des yeux, de la peau, des voies respiratoires et peuvent aller jusqu’à entrainer des allergies, de l’asthme, des bronchites. Elles sont d’autant plus dangereuses pour les personnes vulnérables notamment les enfants, nos ainés et les personnes malades (asthmatiques, mucoviscidose).

C’est pour ces différentes raisons qu’il est essentiel de nettoyer les traces de moisissures le plus vite possible tout en prenant des précautions (gants, masque, lunette) et trouver l’origine du problème d’humidité. Si aucune mesure n’est prise, elles peuvent nuire à la qualité de l’air intérieur.

Quelques mesures simples sont à prendre pour prévenir la formation des moisissures :

- vérifier l’absence de fuites d’eau (plomberie) et d’infiltrations au niveau des murs et des fenêtres.

- éloigner les meubles des murs extérieurs pour laisser circuler l’air chaud.

- nettoyer et assécher les surfaces mouillées comme les douches, baignoires, égouttoirs.

- baisser le taux d’humidité entre 40% et 60%.

- et surtout AERER ET VENTILER votre maison de façon naturelle en ouvrant les fenêtres deux à trois fois par jour pendant 5 à 10 minutes ou à l’aide d’appareil de ventilation tel que la VMI® Ventilairsec.

Compte-rendu de la conférence internationale « Radon et Société »

Compte-rendu de la conférence internationale La conférence organisée par  l’Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire à laquelle a participé VENTILAIRSEC les 11 et   12 Avril a apporté les leçons de quelques initiatives prises en France et à l’étranger pour sensibiliser la population sur les risques du radon.

Ce gaz nocif issu de la désintégration de l’uranium n’inquiète pas les habitants des départements français jugés à risques. Pourtant les risques sanitaires liés au radon sont très largement supérieurs à ceux des centrales nucléaires ; en effet, il pourrait être à l’origine de 10% des cancers des poumons (deuxième cause de cancer du poumon après le tabagisme).

Or, aujourd’hui en France, aucune réglementation n’impose de surveiller les constructions et les habitations existantes, seule une réglementation oblige la mesure des radiations dans les ERP depuis 2004 et dans les lieux de travail depuis 2008. En revanche en Finlande, une réglementation impose depuis 2004 la prise en compte du radon dans les logements neufs. Si la concentration de radon est supérieure à 200 becquerels/m3, l’entrepreneur est tenu de corriger les défauts en améliorant l’étanchéité du plancher ou  en améliorant le système de ventilation. En Suisse,  le radon est considéré comme un problème de qualité d’air depuis 2009, un label de l’écoconstruction dit « radon » stipule une concentration inférieure à 100 becquerels. En Allemagne, le ministère de l’environnement ouvre une formation certifiante en expert radon destinée aux architectes, professionnels du bâtiment et de l’immobilier.

En France quelques initiatives locales ont été lancées pour sensibiliser la population. A  Concarneau et  à Nantes, des habitants se sont vus distribués des dosimètres, posés pendant quatre à huit semaines dans leur logement et près de 30% des mesures dépassent les 300 becquerels/m3. Des recommandations de travaux ont été dispensés quand les taux étaient trop élevés, une fois sur trois les ménages procèdent aux travaux.

Ces initiatives ont aussi pour objectif de sensibiliser les entreprises du bâtiment aux bonnes pratiques de prévention et remédiation mais également d’informer le monde médical du risque sanitaire important lié à ce fléau.

VENTILAIRSEC, conscient des enjeux sanitaires et financiers,  s’implique fortement dans le domaine de la qualité d’air intérieur notamment en adhérant au groupe d’expert SEIQA (Santé Environnement Intérieur et Qualité de l’air) au sein de AARCA (Association de Recherche Clinique en Allergologie et Asthmologie) et en participant aux différentes manifestations telles que la conférence internationale « Radon et société ».

Notre volonté est d’aider à la prise de conscience des effets de la  QAI et du radon sur la santé et de faire reconnaître un système simple de mise en oeuvre et efficace.

En effet, notre système de ventilation mécanique par insufflation VMI®  grâce à la surpression peut être une alternative à des remédiations pouvant être lourdes; d’autant plus, qu’il est reconnu par les organismes accrédités tels que le CSTB comme une solution adaptée contre la remontée du radon dans les bâtiments.

VENTILAIRSEC NOMINÉE AU CONCOURS CRISALIDE ECO-ACTIVITES 2013

Notre société a l’honneur d’être nominée au concours CRISALIDE ECO ACTIVITES 2013.VENTILAIRSEC NOMINÉE AU CONCOURS CRISALIDE ECO-ACTIVITES 2013 dans Actualités VENTILAIRSEC crisalide-300x88

Ce concours a pour but de valoriser les entreprises du grand Ouest dans leurs démarches d’éco-enjeux et d’innovation.

VENTILAIRSEC, par sa gamme de produits et ses projets d’innovation, répond aux critères principalement par les côtés santé et économie d’énergie.

Pour le côté santé, notre système de ventilation mécanique par insufflation a l’avantage d’assurer la bonne qualité d’air intérieur grâce à la filtration (filtre f7 innovant) des polluants extérieurs (particules fines, pollens,…), à l’évacuation des polluants intérieurs (humidité, co2, cov, allergènes, acariens… ) et à l’opposition à la remontée du radon par une légère surpression.

Concernant les économies d’énergies, nous travaillons sur des projets de couplage de notre VMI avec des sources d’énergies renouvelables et nous dotons notre système d’une intelligence qui permettra de ventiler au juste besoin et ainsi réaliser des économies d’énergies.

Le résultat du concours sera connu le 17 avril 2013, croisons les doigts …




Régime gratuit amateur |
ONG FIEDIFOUE BE N'GOUAN |
A votre santé ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | YOGA à Domicile
| Faites rentrer la nature ch...
| mysticismeapplique