• Accueil
  • > Lutter contre l'humidité

Archive pour la Catégorie 'Lutter contre l’humidité'

Les effets de la ventilation par ouverture de la fenêtre

fenetre ouverte

Comme une métaphore , la fenêtre ouverte évoque des images positives ; à savoir la connexion avec le monde extérieur. Parce que la plupart des fenêtres sont à taille humaine , il existe généralement une connexion intime dit « one on one  » . Il est donc facile d’imaginer pourquoi nous aimons le concept de fenêtres ouvertes . La fenêtre ouverte , cependant, échoue lamentablement comme un dispositif de ventilation fiable pour le renouvellement de l’air. Les professionnels du bâtiment ont besoin de comprendre pourquoi les fenêtres ne peuvent pas assurer la ventilation du logement en tout temps. Ils n’est efficace économiquement avec les déperditions énergétique d’ouvrir la fenêtre pour assainir l’air intérieur.

Johannes_Vermeer
La mauvaise nouvelle est que, souvent,  l’air frais est chargé d’humidité et la vie animée près de nos logement nous imposes des pollutions extérieure indésirables. Des poussières, Pollen et pollution atmosphérique qui pourrait être facilement filtré un systèmes de ventilation tel que la Ventilation mécanique par insufflation et qui n’est pas réalisable par simple ouverture de la fenêtre.

Comment soigner les problèmes d’humidité d’une maison ?

probleme-humidite-murs-300x223

Nombreux sont les ménages qui désirent devenir propriétaires de leur propre habitation. Cependant, lorsqu’on se tourne vers l’achat d’une habitation existante, il est primordial de prêter une attention particulière aux problèmes d’humidité, sans quoi il faudra effectuer des travaux au plus vite.

Lorsqu’on est propriétaire d’un bien immobilier, on sait pertinemment qu’il est nécessaire d’effectuer régulièrement des travaux pour que l’habitation reste dans un état impeccable tout au long de sa durée de vie. Malheureusement, il existe des travaux qui devront être réalisés bien plus rapidement que d’autres. Parmi les problèmes qui devront être réglés d’urgence, on trouve tout ce qui concerne les problèmes d’humidité.

L’humidité est une véritable maladie pour les maisons car si elle n’est pas soignée rapidement, elle se propagera rapidement dans les différents murs de la maison avec, pour conséquences, des mauvaises odeurs qui se répandent dans la maison, des tâches d’humidité qui apparaissent sur les murs ou encore les dégradations de ces mêmes murs.

De plus cela peut engendrer de graves problèmes pour les occupants d’un logement insalubre avec l’apparition de problèmes respiratoires.

Régler les problèmes d’humidité au plus vite

Une fois que les problèmes d’humidité apparaissent dans la maison, il est important de réagir au plus vite en faisant appel à des entreprises spécialisées dans le domaine, qui parviendront à établir rapidement un diagnostic fiable de la cause du problème. Alors n’attendez pas qu’il soit trop tard et effectuer un diagnostic pour installer  une bonne ventilation.

Opération promotionnelle « Les 30 ans de Ventilairsec » jusqu’à 225€ remboursés

odr-promo

La VMI, une ventilation qui vous veut du bien !

Ventilairsec fête ses 30 ans et a décidé de vous faire profiter de cette occasion. En effet, du 15 mai au 15 juillet 2016, nous vous remboursons jusqu’à 225€ sur l’installation d’une VMI® (Ventilation Mécanisée par Insufflation). Enfin un cadeau bon pour la santé !

La saison des pollens est lancée ! Bonne nouvelle pour les adeptes de l’été et des beaux jours, beaucoup moins pour les personnes sensibles telles que  les allergiques et les asthmatiques ainsi que pour les ménages ne disposant pas d’une bonne ventilation leur assurant un bon renouvellement d’air.

En effet, allergies, asthme, fatigue et éternuements seront de la partie. Protégez-vous des pollens ! Ouvrir ses fenêtre, aérer sa maison, certes de petits gestes mais pas sans conséquences. La pollution extérieure rentre dans votre habitation et s’accumule.

Il paraît difficile d’éviter cette pollution atmosphérique et ces pollens, mais c’est pourtant possible avec à une bonne ventilation. Vous pouvez empêcher la pollution d’entrer dans votre logement grâce aux VMI® Ventilairsec de la gamme Prestige 2+, reconnues pour leur filtration haute performance. « le barrages aux polluants particulaires extérieur pour une bonne qualité de l’air »

A défaut de pouvoir agir sur notre environnement extérieur, améliorons au moins la qualité de notre air intérieur, celui que nous respirons 80% du temps. Agissons pour notre bien-être, et celui de nos logements.

VENTILAIRSEC est reconnu comme le spécialiste et précurseur incontestable pour la lutte contre l’humidité et les polluants de l’air extérieur et intérieur. L’entreprise est fortement impliquée dans le débat public sur la qualité de l’air et dans les recherches de solutions énergétiques innovantes.

 

En savoir plus : Offre promotionnelle  « Pollens » de l’entreprise Ventilairsec

Les réflexes pour garder une santé de fer dans votre maison

envole

Et si votre bien-être dépendait de votre logement ? Dans le cadre de la seconde édition du Baromètre de l’Habitat Sain, une nouvelle étude pointe l‘importance de l’habitat sur la santé des Français.

Quel est le point commun entre votre maison et votre état de santé? Les bénéfices d’un habitat sain sur notre santé sont indiscutables, si l’on en croit une étude menée par le groupe Velux et l’Université allemande de Humboldt. L’étude montre que nous passons en moyenne 90% de notre vie à l’intérieur, pour dormir, cuisiner, travailler ou jouer. Mais le constat est souvent le même: problèmes de ventilation, de température et d’accès à la lumière… Les Français qui vivent un logement insalubre, mal éclairé ou insuffisamment aéré présentent un état de santé général plus fragile et souffrent souvent de symptômes grippal et de fatigue.

Pour comprendre les facteurs de risques sanitaires liés au lieu de vie, le Baromètre de l’Habitat Sain a interrogé 14 000 personnes dans 14 pays européens, dont la France. Il en est ressorti que les critères qui amènent les habitants à se sentir bien chez eux sont directement liés à ceux qui ont une incidence sur la santé: une bonne quantité d’air frais, de la lumière naturelle abondante et un faible taux d’humidité. Le Figaro Immobilier a donc rassemblé les bons gestes indispensables pour vivre avec une santé de fer dans une maison saine. De quoi recréer les bienfaits de la vie en extérieur, tout en satisfaisant le besoin de chaleur et d’être à l’abris.

Bien aérer votre habitat

aerer-la-maison-astuce-air-sain

Votre maison est votre poumon. Entre émissions de CO2, humidité et température trop élevée, sachez qu’un intérieur qui n’est pas suffisamment aéré est plus pollué qu’un espace extérieur. Il est donc essentiel de bien ventiler sa maison afin de garantir des températures modérées, d’évacuer les microbes accumulés et cela évite aussi… d’être moins fatigué! En effet, les Français qui aérent leur logement au moins deux fois par jour (et ils sont seulement 32% à le faire) sont deux fois moins exposés au risque de souffrir de fatigue.

Faire entrer beaucoup de lumière naturelle

Sunshine sky

Vivre dans un habitat suffisamment baigné de lumière naturelle est un énergisant efficace! Un lieu de vie bien éclairé permet de rythmer au mieux votre journée (et votre nuit) et diminue de près de moitié le risque de manquer de vitalité. D’ailleurs en France, la lumière naturelle a un impact plus important sur la santé que la moyenne européenne: 27% des logements sont trop dépendants de la lumière articificielle, alors que celle-ci ne devrait servir que d’appoint aux plus belles heures de la journée.

Maintenir des températures agréables

Thermometer

Tantôt trop froid, tantôt trop chaud… Un Français sur quatre considère que son habitation n’est pas suffisamment isolée des températures extérieures, été comme hiver. La solution: recourir aux thermostats en hiver, aux protections solaires (comme les volets) et à la ventilation naturelle en été. Cela vous permettra de maintenir des températures intérieures confortables et de profiter des avantages de chaque saison pour votre maison. Notez aussi que moins les écarts de température sont grands, plus les risques d’affections courantes sont limités.

Éviter l’humidité et isoler votre maison

isolation-maison

Ce n’est pas un hasard si 3 Français sur 4 souffrent de maux de gorge et d’écoulement nasal. Un habitat humide peut très rapidement être la cause de maladies respiratoires telles que les rhinites, les troubles asthmatiques ou les allergies. En France, les problèmes d’humidité touchent plus d’un logement sur quatre. En cause? Une mauvaise ventilation et bien souvent, une isolation qui laisse à désirer… Pour éviter les troubles liés à cette humidité et tous les suppléments gratuits (comme les champignons et la moisissure), mieux vaut donc faire vite et bien isoler son lieu de vie.

Source : figaro

Prévenir les problèmes d’humidité pour votre maison

Les problèmes d’humidité sont souvent coriaces et il vaut donc mieux les prévenir au départ. Notez bien qu’il est normal d’avoir de l’humidité chez soi. Après tout nous cuisinons, nous lavons et nous respirons. Un excès d’humidité peut toutefois s’avérer nocif pour la santé et l’humidité a un impact néfaste sur l’état de votre habitation.

moisissures

La cause la plus répandue des problèmes d’humidité est l’humidité ascensionnelle qui est captée dans le mur, s’accumule et commence à occasionner des dégâts. Voici déjà 5 conseils ci-après pour prévenir les problèmes d’humidité à la maison:

1. Contrôlez les points sensibles

toiture-humidite
Vérifiez régulièrement les conduites d’eau. Mieux vaut aussi inspecter régulièrement la toiture, certainement si vous avez un toit plat. Et n’oubliez surtout pas de nettoyer les gouttières. Si vous devez vous absenter longtemps de chez vous, fermez les vannes d’eau. S’il gèle dehors, il est de toute façon préférable de fermer le robinet extérieur.

2. Mieux vaut prévenir que guérir

risque-prevention

Si vous allez construire ou si vous êtes déjà en train de bâtir, prenez toutes les précautions nécessaires. Injectez un produit hydrofuge dans le mur et prévoyez une isolation additionnelle. Un déshumidificateur industriel peut également éliminer l’humidité dans votre maison, assécher votre chantier et éviter les désagréments à l’avenir.

3. Attention à la cuisine

 probleme-mur-de-cuisine-humide
La cuisine est aussi un endroit typique où des fuites peuvent survenir. A titre préventif, placez un joint de mastic entre l’évier et le mur. Vérifiez régulièrement ce joint et veillez à sa propreté. Si des moisissures apparaissent ou si le mastic se décolore complètement, alors son remplacement s’impose.

4. Aérez

 aerer-la-maison-astuce-air-sain
On ne ventile jamais assez sa maison ou son appartement. Ouvrez la fenêtre pendant la douche ou activez la ventilation. Aérez les chambres à coucher et les salles à manger et laissez la hotte allumée assez longtemps. La pluie et le froid ne sont pas des excuses pour ne pas aérer.

5. Régulez le climat dans la maison

le-magazine-atlantic-Qualite-d-air-interieur-la-pollution-interieure-est-toujours-plus-forte-qua-l-extérieur

Veillez à maintenir l’humidité de l’air en équilibre dans votre logement. Elle varie en permanence. Dans votre maison les polluants sont divers, une ventilation mécanique par insufflation vous permet de contrôler la qualité d’air intérieur de votre maison et régule le taux d’hygrométrie intérieur.
Prévenir les problèmes d’humidité est souvent plus facile que les résoudre, donc prenez vos précautions.

Contraindre le propriétaire à faire des travaux

Contraindre le propriétaire à faire des travaux dans Actualités VENTILAIRSEC PHO2c5de988-a5a4-11e5-8ab5-f04c8d6a1d71-805x453

Peu après votre installation dans un appartement que vous louez, des champignons envahissent les murs de votre chambre et s’étendent à la salle de bains. Malgré une aération régulière et la mise en place d’un déshumidificateur les traces d’humidité réapparaissent sans cesse. Malgré différents appels au propriétaire et ses promesses d’intervention, rien ne bouge. Comment réagir ?

Dans un bail d’habitation, le propriétaire est notamment tenu de délivrer au locataire un logement décent, de lui en assurer la jouissance paisible et d’effectuer les grosses réparations permettant d’entretenir les locaux et de les garder en état de servir à l’usage prévu par le contrat.

Un logement décent

Les critères de «décence» d’un logement sont fixés par le décret n° 2002-120 du 30 janvier 2002. Selon ce texte, pour être décent un logement doit remplir différentes conditions relatives à sa surface, à ses éléments d’équipement et de confort, mais aussi à sa sécurité et à sa salubrité. Concernant les problèmes d’humidité, le décret prévoit notamment que «les menuiseries extérieures et la couverture, avec ses raccords et accessoires, doivent assurer la protection contre les infiltrations d’eau dans l’habitation», que «la nature et l’état de conservation et d’entretien des matériaux de construction, des canalisations et des revêtements du logement ne doivent pas présenter de risques manifestes pour la santé et la sécurité physique des locataires», et que les dispositifs d’ouverture et de ventilation permettent «un renouvellement de l’air adapté aux besoins d’une occupation normale du logement et au fonctionnement des équipements».

Quant aux pièces principales, elles doivent bénéficier d’un «éclairement naturel suffisant» et d’un «ouvrant donnant à l’air libre ou sur un volume vitré donnant à l’air libre». Si le logement ne satisfait pas à ces critères, le locataire peut exiger que des travaux de mise en conformité soient effectués dans les meilleurs délais, aux frais du propriétaire. À défaut, il peut saisir le tribunal d’instance dont dépend son logement. L’appréciation par les juges du respect de ces éléments se fait au cas par cas. Par exemple, ils considèrent qu’un studio en sous-sol avec un vasistas donnant sur le garage d’une maison ne bénéficie pas d’un éclairage naturel suffisant, ni d’une ouverture permettant un renouvellement adapté de l’air. Par conséquent, le logement n’est pas décent et doit faire l’objet de travaux d’adaptation. De manière générale, lorsque les expertises montrent que les moisissures sont dues à l’existence de défauts techniques (ponts thermiques, insuffisance d’isolation des combles, ou des murs, etc.), le bailleur est tenu de faire des travaux ou d’indemniser le préjudice, dit de jouissance normale des lieux, subi par le locataire.

L’entretient du logement

Le propriétaire est tenu de faire certaines réparations qui lui sont réclamées, mais le locataire a également une obligation d’entretien et de réparation non négligeable. Si les traces d’humidité constatées proviennent en tout ou partie d’un manque d’entretien, la responsabilité du bailleur sera réduite d’autant. Par exemple, un locataire n’ayant jamais fait entretenir la chaudière et se chauffant exclusivement au poêle à pétrole, un mode de chauffage accélérant le phénomène de condensation, a été tenu pour responsable des problèmes d’humidité. Toute la difficulté est donc, pour les juges, de faire la part des choses entre le comportement du locataire et celui du propriétaire afin de déterminer lequel des deux a été négligent.

Relancez votre propriétaire

Si vos appels téléphoniques n’ont pas suffi à faire prendre conscience au propriétaire qu’il doit rapidement faire réaliser des travaux, envoyez-lui une mise en demeure par lettre recommandée avec avis de réception (LRAR). Précisez, qu’à défaut d’accord ou de réponse, vous saisirez le tribunal d’instance pour lui demander d’ordonner la réalisation des travaux et la consignation des loyers jusqu’à la réalisation de ceux-ci. Le bailleur a 2 mois pour vous répondre. Si vous ne faites pas cette mise en demeure, votre action en justice sera irrecevable.

Constituez votre dossier

Joignez à votre mise en demeure les documents prouvant à votre propriétaire que votre logement n’est pas décent. Devant les juges, ce sera aussi à vous de prouver que le logement ne répond pas aux critères de décence posés par la loi. Pour cela, photographiez régulièrement l’étendue et l’avancée des dégâts. Si cela vous provoque des problèmes de santé, faites établir des certifi cats médicaux l’établissant. Demandez des voisins ou amis de rédiger une attestation, témoignant que vous chauffez et entretenez normalement le logement. Il est également possible de faire appel au service d’hygiène de la mairie, qui constatera d’éventuelles infractions au règlement sanitaire de la commune. Mais rien ne vaut un constat d’huissier (les honoraires sont libres dans ce domaine). Gardez un double de vos courriers et des pièces que vous adressez à votre bailleur. En cas de contentieux, vous devrez en effet prouver que vous l’avez bien alerté de la présence de traces importantes d’humidité ou de la défaillance de certains équipements (la chaudière, par exemple).

La commission de conciliation

Si votre propriétaire ne répond pas à votre mise en demeure dans les 2 mois, ou s’il refuse de faire les travaux, vous pouvez saisir la commission départementale de conciliation, structure paritaire composée de représentants d’associations de locataires et de bailleurs. Cette étape est gratuite et facultative. Autrement dit, vous pouvez vous en aff ranchir ou saisir, en parallèle, le tribunal d’instance. Pour saisir la commission dont vous dépendez, adressez-lui un courrier et vos pièces justificatives par LRAR. un annuaire des différentes commissions est disponible sur service-public.fr. Dans la plupart des régions, son secrétariat est assuré par la direction départementale de l’équipement (DDE). À Paris, c’est par la préfecture. Au moins 15 jours avant la date retenue, la commission vous convoquera avec votre bailleur à une séance de conciliation. Si vous parvenez à un accord vous signerez un document avec votre bailleur qui aura valeur de contrat. Dans le cas contraire, la commission rendra un avis (dans un délai maximal de 2 mois à compter de sa saisine par courrier), que vous pourrez remettre au tribunal. Mais le juge n’est pas obligé de suivre cet avis

Saisissez le tribunal d’instance

Si vous n’êtes pas parvenu à un accord amiable avec votre propriétaire, vous devrez aller en justice pour obtenir la réalisation de travaux à ses frais. Ne faites pas réaliser de travaux avant d’avoir obtenu l’accord écrit préalable de votre propriétaire sur leur nature et leur montant, ou bien un jugement vous y autorisant. vous risqueriez, en eff et, de vous voir ordonner une remise en état s’ils s’avéraient inutiles ou excessifs. En matière locative, le tribunal d’instance de la localité où est située l’habitation louée est seul compétent, quel que soit le montant du litige.

L’intervention d’un avocat n’est pas obligatoire, mais elle peut être souhaitable, selon la complexité de votre dossier. vous devez, en principe, assigner votre propriétaire par l’intermédiaire d’un huissier ou d’un avocat si vous en prenez un. Si le litige porte sur une somme d’argent ne dépassant pas 4000 €, il est possible de saisir le tribunal par une simple déclaration au greffe, pour laquelle il n’est besoin ni d’huissier ni d’avocat. Mais, pour un différend concernant la décence d’un logement, la demande, qui consiste à réclamer des travaux, n’est pas forcement chiffrable. C’est pourquoi, nous vous déconseillons de choisir la voie de la déclaration au greffe, car votre recours pourrait être jugé irrecevable. Mieux vaut donc utiliser la procédure d’assignation.

Le juge déterminera, au vu de votre dossier et d’une éventuelle expertise judiciaire, les travaux à réaliser pour rendre le logement conforme aux prescriptions légales, et le délai de leur exécution. Le juge a aussi la possibilité d’ordonner la réduction du montant des loyers, la suspension de leur paiement, avec ou sans consignation, jusqu’à exécution des travaux. Il peut également condamner le bailleur à payer une astreinte par jour passé sans travaux. Enfin, le juge peut condamner le propriétaire à vous verser des dommages-intérêts, selon le trouble de jouissance que vous aurez subi. Parfois, mais c’est rare, le bail doit être résilié (avec des indemnités pour le locataire), parce que la mise en conformité du bien s’avère techniquement ou financièrement impossible pour le propriétaire. Mais, dans tous les cas, le juge refusera une demande de relogement, celle-ci n’étant pas une obligation pour le bailleur, même si le logement loue n’est pas décent.

Si les sommes en jeu excèdent 4000 €, vous avez un mois pour faire appel, à compter de la signification du jugement par huissier. La cour d’appel a la possibilité de réexaminer entièrement l’aff aire. En dessous de 4 000 €, votre seul recours sera devant la Cour de cassation. Mais elle vérifi era seulement que les magistrats ont appliqué la bonne règle de droit et la bonne procédure.

source : figaro

Qualité de l’air nous sommes tous concernés

-

La qualité de l’air

Image de prévisualisation YouTube
Nous passons 14 heures par jour en moyenne à notre domicile et la pollution atmosphérique nous touche directement.
L’air que nous y respirons n’est pas toujours de bonne qualité.
En effet, les sources de pollution dans les logements sont nombreuses : tabagisme, moisissures, matériaux de construction, meubles, acariens, produits d’entretien, peintures… C’est ce que l’on appelle la pollution de l’air intérieur.

Focus sur les éléments qui constituent les polluants dans nos lieux de vie :

Le tabac : Quel est le risque ?
Premier polluant présent dans les logements, environ 5 000 personnes décèdent chaque année du tabagisme passif (subi par ceux qui ne fument pas).
Les effets sur la santé des fumeurs et des non-fumeurs sont particulièrement néfastes : cancers du poumon, maladies cardio-vasculaires, asthme et allergies.
L’application de l’interdiction de fumer dans les lieux publics limite l’exposition à la fumée, mais chez soi, fumer reste dangereux pour les habitants du foyer.
Même en ouvrant les fenêtres, les composants de la fumée restent dans l’air. En partie absorbés par les rideaux, tissus, moquettes, ils continuent d’être émis plus tard dans l’air.
Si votre logement n’est pas suffisamment ventilé, les polluants s’accumulent, en particulier l’hiver, lorsque l’on ouvre moins les fenêtres.
Cette pollution peut avoir des effets sur la santé : allergies, irritations des voies respiratoires, maux de tête voire intoxications.
Le radon : Quel est le risque ?
Gaz d’origine naturelle, inodore et radioactif, le radon provoque chaque année en France entre 1 200 et 2 900 décès par cancer du poumon. Ce gaz vient du sous-sol, s’infiltre dans les
habitations par le sol et s’accumule dans les espaces fermés, de façon inégale (en fonction de l’étanchéité du sol, de la ventilation du bâtiment, de la proximité de la source d’émission, etc)
Monoxyde de carbone : Quel est le risque ?
Gaz inodore, invisible, non irritant, toxique et mortel, le monoxyde de carbone résulte d’une combustion incomplète due au manque d’oxygène au sein d’un appareil utilisant une
énergie combustible (bois, charbon, gaz, essence, fuel ou éthanol). Il agit comme un gaz asphyxiant et prend la place de l’oxygène dans le sang.
Il provoque maux de têtes, nausées, fatigue (à faible dose), et dans les cas les plus graves le coma voire le décès. Chaque année, en France, près de 5 000 personnes sont victimes d’une intoxication au monoxyde de carbone et une centaine de personnes en meurent.
Produits de bricolage et travaux : Quel est le risque ?
Les produits de bricolage (peintures,colles, solvants, vernis, vitrifiants, cires,décapants, diluants, laques…), certains matériaux de construction (laines de verre, de roche, de laitier utilisées pour l’isolation thermique) peuvent dégager
des éléments toxiques pendant et après les travaux. En outre, les activités de bricolage sur des matériaux contenant de l’amiante (dalles de sol, plafonds, etc.) ou du plomb (principalement les peintures) sont susceptibles de libérer
ces éléments dans l’air.
Produits de la maison : Quel est le risque ?
On utilise quotidiennement de multiples produits contenant des substances chimiques et qui peuvent présenter des risques pour la santé : intoxication, brûlure, allergie ou gêne respiratoire
Allergène : Quel est le risque ?

Les allergènes sont des agents microscopiques qui provoquent des allergies. Ils peuvent provoquer des symptômes allergiques courants tels que des rhinites, de la gêne respiratoire, une infection des yeux.
Humidité et moisissures : Quel est le risque ?

L’humidité excessive dans les logements provoque l’apparition de moisissures qui présentent un risque allergène et toxique. Elles apparaissent sur les murs, sols ou plafonds sous forme de tâches vertes ou noirâtres.
Réduire les risques pour la santé est possible. Chacun peut agir pour les limiter.

Les solutions :

Aérer :
adaptez l’aération à vos activités : Ménage, bricolage, travaux de décoration, cuisine, séchage du linge, douche ou bain… Certaines activités créent beaucoup de pollution (humidité excessive, produits chimiques…).

Il est nécessaire d’aérer encore plus, pendant et après ces activités.
Aérer permet de diluer la pollution, mais pas de l’éliminer Seule la réduction des émissions de polluants à la source règle durablement le problème.
La ventilation :
La ventilation permet de renouveler l’air en assurant une circulation générale et permanente.
Elle peut être :
• naturelle : l’air circule dans le logement par des entrées d’air « neuf » et des sorties d’air « pollué » (bouches et grilles d’aération)
• mécanique : la VMI® (ventilation mécanique par insufflation) est un système électrique de renouvellement automatique et continu de l’air.
maison + VMI

La VMI® est un système de ventilation hygrorégulable (gestion du débit en fonction de l’hydrométrie) et intelligent qui prélève l’air neuf extérieur ou dans une source chaude, le filtre de ses particules fines, pollens (filtre de classe F7 – 0,5µ) et l’insuffle dans le logement en un ou plusieurs points. Cela permet le balayage de tout le logement, l’évacuation des polluants intérieurs (humidité, CO2, COV) et l’opposition aux remontées du gaz radon (gaz radioactif, inodore et incolore) grâce à une légère surpression.

Cette solution efficace pour la santé réduit les polluants, responsables notamment de maladies respiratoires, cardio-vasculaires et de cancer.

A retenir :

Aérez votre logement au moins 10 minutes par jour
et davantage quand vous bricolez, cuisinez, faites le
ménage, faites sécher du linge à l’intérieur ou prenez

une douche ou un bain

N’entravez pas le fonctionnement des systèmes
d’aération et entretenez-les régulièrement.
Ne fumez pas à l’intérieur, même fenêtres ouvertes.
Faites vérifier chaque année avant le début de l’hiver les
appareils à combustion et installations par un professionnel.
Évitez d’utiliser les chauffages d’appoint combustibles
mobiles en continu et les groupes électrogènes à l’intérieur.
Respectez les doses d’utilisation des produits d’entretien,
d’hygiène et de bricolage conseillées sur l’étiquette.

Les dangers de l’humidité : l’avis d’un expert bâtiment

Vivre dans un logement humide est une situation fréquente. L’humidité est malheureusement presque devenue banale. Pourtant, elle a un impact négatif sur la qualité de l’air intérieur. La manifestation de ses signes (moisissures, taches, rouille, etc.) est, au-delà de l’aspect  inesthétique, une véritable menace pour la qualité de l’air, mais aussi pour l’intégrité du bâtiment. Philippe LAMY, Expert bâtiment, spécialiste des désordres dans les habitations et président-fondateur de LAMY Expertise, tire le signal d’alarme quant à cet enjeu de santé publique.

Quelles sont les formes de l’humidité dans une maison ?

L’humidité peut prendre plusieurs formes. Les plus courantes sont les traces noires et les moisissures (c’est à dire des petits champignons). Propriétaires, comme locataires pensent souvent que l’humidité est un phénomène anodin, juste peu esthétique. Beaucoup ne voit pas l’apparition de l’humidité comme un réel problème.

Vivre dans un logement humide est-il dangereux ?

L’humidité est non seulement un danger pour la santé des occupants, mais elle est aussi une menace pour le bâtiment même. En effet, l’humidité peut affaiblir la structure de l’ouvrage. Ainsi, par exemple, sous l’effet de l’humidité, les éléments bois (charpente et plancher le plus souvent) peuvent se dégrader et perdre leurs qualités mécaniques (risque d’effondrement partiel ou total des charpentes, poutres et planchers). Sans en arriver là, il est important de rappeler que l’humidité peut aussi avoir de graves conséquences : l’humidité peut, par exemple, favoriser de nombreuses affections respiratoires, comme la rhinite allergique chronique, l’allergie respiratoire et l’asthme. Des enfants, exposés depuis leur plus bas âge à ces affections banales, peuvent voir le développement de leur capacité respiratoire gravement compromis et arriver à l’âge adulte, avec une insuffisance respiratoire définitive.

La santé est-elle réellement menacée par l’humidité ?

Une maison ou un appartement humide est, de façon certaine, un terrain favorable aux maladies respiratoires. Plusieurs spécialistes de la santé l’ont démontré. L’humidité affecte la santé de nombreuses personnes, qui ne se doutent parfois pas, que cela provient de l’environnement humide de leur habitation. Par ailleurs, au sein des logements, les polluants sont 5 à 7 fois supérieurs qu’à l’extérieur. L’humidité apporte son lot de microorganismes allergisants.

Pourquoi réaliser une expertise humidité ?

Les origines de l’humidité sont diverses. L’absence de système de renouvellement de l’air intérieur ou le dysfonctionnement du système en place (généralement une VMC) est souvent la cause principale de désordres liés à l’humidité. La condensation d’explique, en général, par l’activité des occupants à l’intérieur du logement et/ou par une isolation périphérique insuffisante. Mais l’humidité peut aussi provenir de remontrées capillaires dans les murs, d’infiltration d’eau en toiture, etc. Afin d’être certain d’appliquer le traitement adapté (installer un système de type VMI, par exemple), il est recommandé de faire intervenir un expert bâtiment, indépendant et spécialisé en humidité.

 

 




Régime gratuit amateur |
ONG FIEDIFOUE BE N'GOUAN |
A votre santé ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | YOGA à Domicile
| Faites rentrer la nature ch...
| mysticismeapplique