• Accueil
  • > La santé de votre maison

Archive pour la Catégorie 'La santé de votre maison'

Page 3 sur 3

Foire d’Angers du 17 au 21 Avril 2015

Logo foire 2015 petit

FOIRE D’ANGERS

du vendredi 17 avril 2015 au mardi 21 avril 2015
Grand Public

 

La Foire nouvelle formule
  • Une Foire plus courte
  • Une image plus moderne
  • La valorisation du commerce local et des savoirs faire du territoire
  • 1 jour = 1 événementiel thématisé par secteur d’activité
  • 4 secteurs forts : «La Maison & le Jardin», «Le Marché des Saveurs», «Les produits Bien être et Vie pratique» et «Les loisirs et le Tourisme de proximité»

Maison et jardin

Le secteur « Maison & Jardin » est LE secteur phare de la Foire.

Que vous ayez un projet de construction, de rénovation, d’aménagement intérieur ou extérieur, ou de décoration, vous pourrez en discuter avec l’un des nombreux professionnels présents, participer à des ateliers et découvrir les dernières nouveautés.

Ventilairsec vous invite avant tout à rencontrer notre partenaire CRÉA ECO HABITAT qui sera présent lors de  ce salon avec une VMI® Ventilairsec pour répondre à toutes vos questions.

Organisateur : Angers Expo Congrès
 – Parc des Expositions

Tous les jours : de 10h à 19h
Vendredi 17 avril : de 10h à 22h

Lieu : Parc des Expositions

Tarifs :
- Tarif plein : 6 euros
- Tarif réduit (sur présentation d’un justificatif : demandeurs d’emploi ; personnes handicapées ; familles nombreuses ; cartes Cezam et Partenaires Ville d’Angers) : 4 euros
- Tarif étudiants et scolaires : 2 euros

- Tarif nocturne (à partir de 18h le vendredi 17 avril): 2 euros

GRATUIT :
- pour les enfants de -16 ans, accompagnés de leurs parents
- le samedi 18 avril
- pour les femmes, lors de la Journée pour la Femme, le mardi 21 avril

Site internet : www.foire-angers.com

 

L’OMS contre la pollution intérieure

pollution intérieur

Soucieuse de réduire la mortalité due à la pollution domestique, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pour la première fois défini et édicté, des normes chiffrées concernant l’émission maximale de polluants des appareils de cuisson et de chauffage.

Tandis que la pollution de l’air extérieur tue 3,7 millions de personnes par an, la pollution de l’air intérieur est responsable de 4,3 millions de morts annuelles prématurées, imputables à des affections respiratoires, des maladies cardio-vasculaires et des cancers, rappelle l’organisation onusienne, qui a décidé de s’attaquer à ce qui représente aujourd’hui le principal risque environnemental de santé. Jusqu’alors, aucune ligne directrice n’avait été publiée pour faire face à ce problème.

Alors que la France fait face à des pics de pollution, l’interdiction des feux de cheminée pour Paris et la zone sensible d’ile de France, une mesure contestée sur laquelle le gouvernement fait marche arrière.

Une prise de conscience sur la problématique de  la pollution intérieur ?

Pourtant un retard conséquent sur des actions efficaces à mettre en œuvre pour un air sain.

Les dangers de l’humidité : l’avis d’un expert bâtiment

Vivre dans un logement humide est une situation fréquente. L’humidité est malheureusement presque devenue banale. Pourtant, elle a un impact négatif sur la qualité de l’air intérieur. La manifestation de ses signes (moisissures, taches, rouille, etc.) est, au-delà de l’aspect  inesthétique, une véritable menace pour la qualité de l’air, mais aussi pour l’intégrité du bâtiment. Philippe LAMY, Expert bâtiment, spécialiste des désordres dans les habitations et président-fondateur de LAMY Expertise, tire le signal d’alarme quant à cet enjeu de santé publique.

Quelles sont les formes de l’humidité dans une maison ?

L’humidité peut prendre plusieurs formes. Les plus courantes sont les traces noires et les moisissures (c’est à dire des petits champignons). Propriétaires, comme locataires pensent souvent que l’humidité est un phénomène anodin, juste peu esthétique. Beaucoup ne voit pas l’apparition de l’humidité comme un réel problème.

Vivre dans un logement humide est-il dangereux ?

L’humidité est non seulement un danger pour la santé des occupants, mais elle est aussi une menace pour le bâtiment même. En effet, l’humidité peut affaiblir la structure de l’ouvrage. Ainsi, par exemple, sous l’effet de l’humidité, les éléments bois (charpente et plancher le plus souvent) peuvent se dégrader et perdre leurs qualités mécaniques (risque d’effondrement partiel ou total des charpentes, poutres et planchers). Sans en arriver là, il est important de rappeler que l’humidité peut aussi avoir de graves conséquences : l’humidité peut, par exemple, favoriser de nombreuses affections respiratoires, comme la rhinite allergique chronique, l’allergie respiratoire et l’asthme. Des enfants, exposés depuis leur plus bas âge à ces affections banales, peuvent voir le développement de leur capacité respiratoire gravement compromis et arriver à l’âge adulte, avec une insuffisance respiratoire définitive.

La santé est-elle réellement menacée par l’humidité ?

Une maison ou un appartement humide est, de façon certaine, un terrain favorable aux maladies respiratoires. Plusieurs spécialistes de la santé l’ont démontré. L’humidité affecte la santé de nombreuses personnes, qui ne se doutent parfois pas, que cela provient de l’environnement humide de leur habitation. Par ailleurs, au sein des logements, les polluants sont 5 à 7 fois supérieurs qu’à l’extérieur. L’humidité apporte son lot de microorganismes allergisants.

Pourquoi réaliser une expertise humidité ?

Les origines de l’humidité sont diverses. L’absence de système de renouvellement de l’air intérieur ou le dysfonctionnement du système en place (généralement une VMC) est souvent la cause principale de désordres liés à l’humidité. La condensation d’explique, en général, par l’activité des occupants à l’intérieur du logement et/ou par une isolation périphérique insuffisante. Mais l’humidité peut aussi provenir de remontrées capillaires dans les murs, d’infiltration d’eau en toiture, etc. Afin d’être certain d’appliquer le traitement adapté (installer un système de type VMI, par exemple), il est recommandé de faire intervenir un expert bâtiment, indépendant et spécialisé en humidité.

 

 

L’isolation, la sécurité et la ventilation préoccupent les Français

isolation blog

L’association de certification Qualitel a demandé une enquête auprès de l’IPSOS, pour mieux comprendre les exigences, les attentes et les intentions des français par rapport à leur logement. Les critères retenus pour cette enquête sont leur satisfaction vis-à-vis de leur logement, les actions pour l’entretenir et pour l’améliorer.

Le logement des Français semble satisfaire leurs exigences en 2014, avec une note de 7,3 /10.

Néanmoins, il apparaît que les propriétaires de leur logement, les occupants de maisons et les retraités vivant dans les agglomérations de 2 000 à 20 0000 habitants sont plus satisfaits que les autres. En effet, les personnes vivant dans une habitation construite avant 2008, les locataires et les employés occupant des appartements, principalement dans la région parisienne ont tendance à donner une note beaucoup moins bonne.

La priorité des Français : l’aménagement intérieur

Les Français sont fortement impliqués dans l’entretien et l’amélioration de leur logement. Consommation d’énergie (84%) et le bricolage (78%) sont les deux éléments les plus importants dans le ménage. De plus ils sont vigilants sur le système de ventilation de leur logement.

L’amélioration de l’isolation et de la ventilation du logement contribueraient fortement à augmenter la satisfaction des occupants. Cependant les Français privilégient à hauteur de 35% l’amélioration  de l’aménagement intérieur contre 30% pour les travaux d’isolation et de ventilation.

isolation

Plus d’un tiers des Français voudrait changer de logement dans les trois ans à venir. Dans le but d’obtenir un logement plus spacieux, accéder à une propriété ou pour un logement moins bruyant. (Pour les locataires en appartement)

Les Français veulent plus d’informations

Les Français estiment être bien informés sur les moyens et manières d’entretenir leur logement, néanmoins ils souhaiteraient en savoir d’avantage. Le label de qualité certifié par un organisme indépendant est un repère important pour un français sur deux.

L’objectif du gouvernement est de construire 500 000 logements et d’en rénover 500 000 par an d’ici 2017, sur les critères de la RT 2012.

L’isolation des Bâtiments va de pair avec la ventilation !

bat

Quand l’obsession de l’isolation des bâtiments tue.

L’augmentation du coût de la vie, les chocs pétroliers, nous obligent désormais à nous focaliser sur les déperditions énergétiques du bâtiment. C’est l’une des priorités des instances publiques actuellement, avec des réglementations thermiques de plus en plus exigeantes. Désormais un logement neuf est, obligatoirement à basse consommation énergétique. L’isolation constitue le plus grand chantier pour les politiques du logement.

Un problème sanitaire de taille risque d’émerger avec cette obsession énergétique. Une pollution accrue de l’air intérieur. L’air extérieur est bien moins nocif que l’air intérieur de nos maisons, nos bureaux, ou bien même des bâtiments publics. Nous y passons 80% de notre temps ! L’air intérieur tue et les chiffres de l’OMS nous le rappellent sans cesse, 20 000 morts en France imputables à la pollution en 2012.

Le syndrome des maisons malades

Le radon un polluant souvent négligé, provoque lui aussi de 1.200 à 3.000 décès par année en France (cancer du poumon). Il existe de multiples polluants dans nos maisons, les polluants biologiques, chimiques, acariens, moisissure, CO2, benzène, particules fines, colles, peintures, isolants, moquette etc.… Ces pollutions intérieures sont présentes mais encore peu reconnues par le grand public.

Les chantiers sont en première ligne,  en effet ce syndrome des déperditions énergétiques pousse les chantiers de construction à établir des maisons étanches ne favorisant pas la ventilation naturelle de l’habitat. Les bâtiments sont dit quasiment hermétiques, sans ventilation l’air ne peut pas être renouvelé.

Les systèmes de ventilation sont alors indispensables pour aider à avoir une bonne qualité d’air intérieur. Néanmoins tous les logements en France ne dispose pas forcement de système de ventilation ou pire encore ne sont pas ventilé du tout.

En outre, pour les logements anciens le syndrome des maisons malades frappent notre société. La rénovation énergétique de ces constructions, avec des isolants et sans avoir définie un système de ventilation d’air adéquate provoque une atmosphère de vie intérieure néfaste pour les habitants. On surnomme ce principe le « cocktail de poisons »

Peut-on agir ?

Les professionnels déterminent un coût économique, d’une dizaine d’euros au mètre carré pour assurer une bonne circulation d’air. L’isolation thermique par l’extérieur revient à 50 euros par m² au minimum. Cela représente une goutte d’eau dans un budget de rénovation énergétique complet pour avoir un bon système de ventilation.

La mauvaise qualité de l’air intérieur a un coût :

Maladies et décès prématurés chiffrables à hauteur de 20 milliards d’euros par an en France.

Des solutions émergent avec les fabricants d’épurateurs d’air qui du coup voient leurs ventes décoller, notamment dans les régions asiatiques touché par des pics de pollution virulents. Il n’est pas à exclure le même scénario ici en France depuis ces fameux pics de pollution du début de l’année 2014. Néanmoins tous ces produits ne sont pas forcément à conseiller, certains magasines dénoncent même ces produits comme étant pis pour la santé que l’air ambiant d’une maison n’utilisant pas de système de ventilation.

Mais rassurez-vous il existe des systèmes de ventilation et d’évaluation de la qualité d’air performant et efficace. La meilleure des ventilations reste le système par insufflation mécanique.

le moniteur : Qualité de l’air : l’étiquette A+ ne fait pas le bâtiment sain

 

 

Eric Leysens | 29/05/2013 | 12:19 | Santé

 

le moniteur : Qualité de l’air : l’étiquette A+ ne fait pas le bâtiment sain dans Actualités VENTILAIRSEC 380x304xIMAGE_20120523_17704411-380x505.jpg.pagespeed.ic.KTC6_UCOTZ

Mardi 28 mai, les intervenants du colloque «Défis Bâtiment et Santé »  ont montré qu’un assemblage de matériaux étiquetés A+ ne donne pas un bâtiment sain.

Suivant le même principe que l’étiquette énergie, les fabricants doivent afficher, depuis le 1er janvier 2012, les niveaux d’émission en polluants volatils de tous les nouveaux produits de construction et de décoration allant de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions). D’ici septembre 2013, tous les produits de construction et de décoration vendus en France devront posséder cette étiquette.

Si le fait de choisir des produits étiquetés A+ conduit à améliorer la qualité de l’air du bâtiment, cela ne suffit pas. Les intervenants de la troisième édition des « Défis Bâtiment et santé », qui s’est tenue à Paris le mardi 28 mai, ont mis en avant les différents points de vigilance.

L’humidité et les UV modifient les émissions des matériaux

Les matériaux peuvent, sous l’effet d’un changement d’humidité ou des rayonnements solaires, se mettre à émettre des polluants en quantité nettement plus importante.  « Un revêtement de sol et des colles A+ installés quand la chape n’est pas encore sèche peuvent émettre des composés organiques volatils durant des mois », indique Suzanne Deoux, Professeur associé en ingénierie des stratégies de santé dans les bâtiments à l’Université d’Angers.

Les polluants d’une pièce ne sont pas la somme des émissions de chacun des matériaux

Les interactions entre les différentes émissions des matériaux et leur environnement  sont complexes et difficile à prendre en compte. C’est pourquoi, le CSTB travaille à une nouvelle version de son logiciel d’évaluation environnementale « Elodie », de manière à ce qu’il puisse, demain, permettre de calculer, de manière simplifiée, les concentrations théoriques en COV des pièces d’un projet. L’ambition est d’en faire un outil d’aide à la conception dont le fonctionnement se basera sur les informations contenues dans la base de données Inies, renseignée par les entreprises elles-mêmes. Ainsi, ces dernières devront, dans les mois qui viennent, l’enrichir de donnés sanitaires.

La qualité de l’air intérieur dépend aussi de l’environnement extérieur

Caroline Sauze, adjointe à la chef du bureau de la qualité technique de la DHUP, rappelle que l’environnement extérieur est un facteur de la qualité de l’air intérieur.

Consultante au sein du cabinet Architecture réalisations programmation, Manon Capitan souligne que la présence d’un pressing au rez-de-chaussée, les voies de circulation avoisinantes, le potentiel allergisant de la végétation environnante jouent sur la qualité de l’air intérieur. Elle indique également que le radon, gaz cancérogène fortement présent dans le massif central, en Bretagne et en Corse, multiplie par trois les risques de cancer lors d’une interaction avec le tabac.

Le mobilier et l’activité domestique peuvent émettre plus de polluants que le bâtiment

L’école des Mines d’Ales a réalisé des mesures dans ses salles de classe. L’étude a fait ressortir que le mobilier est le principal responsable des émissions de COV.
Mais l’absence d’étiquette pour l’ameublement  prive les occupants de repère. Le pôle ameublement de l’institut technologique FCBA  mène actuellement des études en vue d’une future étiquette.

La Direction des Risques Chroniques de l’Ineris, a elle évalué l’impact des activités domestiques. Son étude  du formaldéhyde dans 9 produits ménagers testés sur 10 et, des mesures en conditions réelles ont montré que l’application de mousse au sol génère des concentrations conséquentes de limonène et des particules fines.

L’exploitation du bâtiment change tout

Bouygues Immobilier a mesuré dans les bureaux de ses collaborateurs  les concentrations de COV en temps réel.  Le promoteur constate qu’à son siège d’Issy-les-Moulineaux (92), quand  il y a du monde en salle des réunions les COV augmentent. Dans son immeuble  du 32 Avenue  Hoche à Paris, la concentration est divisée par 3 entre le jour et la nuit. Ceci s’explique par l’effet de la ventilation qui démarrage à 5h du matin et s’arrête à 22h.

 

Eric Leysens | Source LE MONITEUR.FR

 

 

100% habitat sain

Suppression de toutes les nuisances liées à l’humidité de condensation (moisissures, odeurs, décollement de papiers peints).

Le renouvellement de l’air permet de limiter le développement des polluants allergènes.

Disparition de l’insalubrité des logements et préservation du batî.

123



Régime gratuit amateur |
ONG FIEDIFOUE BE N'GOUAN |
A votre santé ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | YOGA à Domicile
| Faites rentrer la nature ch...
| mysticismeapplique